mercredi 23 octobre 2013

Toile

Autre petit exercice auquel, avec quelques autres Twittos, nous nous amusons...
Cette fois-ci : à partir d'une photo envoyée par l'un(e) à un(e) autre, écrire une histoire de 500 mots maximums... 

La photo :  


L'histoire :
Il n'y a que la lumière bleutée de son écran qui se reflète dans ses lunettes et le staccato fiévreux de ses mots sur la clavier. Tout est endormi Ici. Elle est telle une veilleuse qui garde leur sommeil. Elle est Ici et Lui est Làbas. Comment ils se sont trouvés importe peu. Petit à petit, au fil des nuits, des jours, des heures, ils ont tissé la trame de ce qui les lie. Si éloignés et pourtant à quelques bits et clics l'un de l'autre.

Cela a commencé par quelques mots d'une banalité terne sur le temps, la vie, la crise. Puis, il y a eu des touches plus personnelles, des smileys et des questions. Les tweets sont devenus des DM qui n'ont plus suffis car 140 c'est si court. Alors y a eu les mails de plus en plus longs, de plus en plus rapprochés. Lui est Làbas et Elle est Ici. La « magie » de la Toile... Elle lui a lu quelques lignes et il y a répondu. Puis ils se sont échangé de la musique. Ils se sont fait découvrir leurs univers sonores, visuels, intimes. Pourtant ils n'ont pas voulu ni se parler directement ni s'échanger de photos. Non. Cultiver l'attente. Attiser l'envie. Déclencher le désir.

Chaque jour à Elle de ses nuits à Lui est rythmé par les quelques notes du téléphone qui la ramène constamment à ce qui les accroche. La Toile s'étend d'une rive à l'autre pour mieux les réunir. Il travaille quand elle devrait dormir. Et pourtant, elle passe une partie de ses nuits engluée à son écran pour faire un peu partie de ses jours. Ils sont l'Une Ici et l'Autre Làbas. Chacun sait tout de la vie de l'autre constamment connectés l'un à l'autre. Ils ont fini par se parler et par se raconter. Twitter, Gmail, Facebook, Viber, Gtalk, Instagram, Snapchat, Skype, les textos, le téléphone... Tout pour communiquer et ne jamais casser le lien. Il fait partie de sa vie plus surement que s'ils vivaient ensemble.

Il connait ses fantasmes. Elle sait ses envies. Ils se chuchotent le plus intime et s'écrivent le plus brûlant des heures entières. Ils se touchent du bout des doigts en direct live. Elle connait chaque pixel de son visage. Toutes les émotions qui déferlent et les sentiments qui l'habitent se résument au contact de ses doigts sur quelques touches de plastique.

Elle le croyait Làbas mais Il est Ici. Il sait tout d'elle et surtout il sait comment la trouver. Ce qu'il préfère entre tout est l'instant où elles ouvrent leur porte l'air un peu interrogatif puis surpris avant de prendre peur. Ce qu'il préfère par dessus tout, c'est la traque. Tisser sa toile sur la Toile. Ce soir, il vient collecter ce qu'il considère être son dû. Ce soir, il est à sa porte... #OFF 



NB :  La photo m'a été transmise par @Gregatort.  C'est un cliché d'une toile de Magritte (que j'adore)  intitulée "les Amants".
Les autres participants sont @Lactimelle , @RienARedire et @Venise3 . En cliquant sur les liens, vous arriverez directement sur leurs blogs afin de voir leurs images et de lire leurs histoires... Faites-vous plaisir et allez y!

 

5 commentaires:

  1. Génial! J'ai adoré la polysémie sur laquelle tu as joué. Et tous les faisceaux de sens que tu as induit. Quel texte!

    RépondreSupprimer
  2. Je viens de la voir en vrai au MOMA !!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Sacrée claque que ton texte.... je ne sais que dire... bravo est trop faible, parfois les mots manquent et il vaut mieux se taire...

    RépondreSupprimer
  4. Eh bien, quel texte ! J'en frissonne encore. On se laisse prendre du début à la fin, le style est admirable, et cette chute... mémorable ! Bravo !!

    RépondreSupprimer